Les Mathes-La Palmyre - N°97 - Novembre/Décembre 2008

Des plaintes contre la piste cyclable

Des riverains de l'avenue de l'Océan ont constitué un collectif, cet été, pour protester contre le projet de réalisation d'une piste cyclable. Malgré un recours gracieux déposé contre la municipalité, des travaux ont commencé, mais ont été stoppés du fait de leur illégalité. Des plaintes ont été déposées pour non-respect d'un espace naturel protégé.

 

cb97-17.jpgRégulièrement, lors des conseils municipaux, les élus votent la création d’une nouvelle piste cyclable sur le territoire de la commune qui dispose ainsi de plusieurs dizaines de kilométres de pistes. C’est le projet de réalisation d’une nouvelle piste, adopté en juin, qui a conduit, en juillet, à la création d’un collectif de riverains de l’avenue de l’Océan. Le 18 juillet donc, le collectif a adressé au maire un courrier pour demander l’annulation du projet de piste cyclable envisagé dans la Pinède. Parallèlement, une pétition a circulé pour demander l’annulation de ce projet. Les arguments des détracteurs sont, entre autres, la dégradation de l’environnement non autorisée puisqu’elle touche à une zone classée ND, prévue au règlement d’urbanisme comme « zone naturelle des espaces à protéger en raison de la qualité et de l’intérêt des sites, des milieux naturels et des paysages ou en raison de l’existence de risques». Ainsi, la réalisation d’une piste cyclable n’est pas envisageable puisqu’elle ne fait pas partie des occupations et utilisations du sol expressément admises par le classement en ND1 et n’a vocation ni à mettre en valeur le site, ni à réduire la fréquentation du reste de l’espace ND. Les pétitionnaires estiment également que cette piste cyclable est inutile puisqu’une piste cyclable existe déjà à quelques mètres de là sur le boulevard des Régates.

Les riverains craignent les nuisances car le tracé du projet de piste cyclable figure près de la limite des terrains privés. Pour eux, aucun argument technique ne justifie que la piste cyclable soit située autant à l’est en profondeur dans la pinède (et non plutôt à l’ouest de la pinède), ni n’explique la proximité de la piste par rapport aux habitations (parfois moins de 10 mètres des clôtures des parcelles).

Enfin, les opposants à la piste cyclable regrettent la détérioration de l’environnement naturel, accélérée, toujours selon eux, par les aménagements récents créés par la commune. Un des signataires estime notamment que «les arguments touristiques, sanitaires ou sécuritaires ne justifient pas les dégradations des installations communales bitumées sur le site naturel protégé que constitue la pinède de La Palmyre : deux parcours piétonniers éclairés dans la Pinède entre le centre-ville et l’avenue de la Pinède, agrandissement des parkings utilisés par les installations de la fête foraine avenue des Pins, emplacements de parking installés dans la Pinède allée du Sud et boulevard de la Plage, construction d’un bâtiment à usage de WC, emplacements abondamment éclairés pour jeux de boules, autorisation d’exploitation commerciale d’une aire d’accrobranche dont l’extension a été sollicitée. Nous sommes également opposés à tout changement des règles d’urbanisme applicables à l’avenue de l’Océan ou à la Pinède.»

Face à ce constat, le collectif a déposé, le 20 août, un recours gracieux en annulation de la décision municipale d’implantation d’une piste cyclable dans la Pinède de La Palmyre auprès de la mairie. Parallèlement un courrier était adressé au préfet.

Alors que le collectif attendait les deux mois légaux pour avoir des nouvelles de la municipalité, cette dernière a décidé, le 16 septembre, de couper plus d’une vingtaine d’arbres pour réaliser ce nouvel aménagement. Le collectif a alors pris contact avec la Diren (direction régionale de l'environnement), la préfecture, la sous-préfecture pour demander l’arrêt immédiat des travaux. Fin septembre, le préfet, alerté, a d’ailleurs rencontré le maire pour lui signifier l’illégalité du chantier. Le 17 septembre, une dizaine de personnes, membres du collectif de riverains, ont déposé plainte auprès du procureur de la République pour non-respect d’un espace naturel protégé.

Du côté de la municipalité, on reconnaît une erreur. «Je reconnais, explique Robert Jono, le maire, un manque d’attention sur le classement de cette zone que nous pensions entièrement en zone constructible alors qu’une partie est en espace classé boisé. Nous avons d’ores et déjà fait une demande de déclassement pour permettre de réaliser cette piste cyclable. Le dossier devra passer devant la commission des sites qui, j’espère, reconnaîtra le bien-fondé de notre démarche. Ce n’est pas parce que certaines personnes se sont appropriées la Pinède que ce lieu leur appartient. Il s’agit là du poumon vert de La Palmyre, mais aujourd’hui son état est déplorable.»

La municipalité a décidé de nettoyer les lieux pour permettre au plus grand nombre de profiter de ce site de près de 10 hectares. Ces travaux seront réalisés d'ici la fin de l'année par les services municipaux. «Administrativement, nous allons nous mettre en règle et ensuite cette piste cyclable se fera. De plus, beaucoup de touristes et habitants regrettent la destruction du parcours sportif endommagé lors de la tempête de 99. Je pense qu’un parcours sportif serait idéalement placé dans ce secteur.»

Commentaires des internautes
Il n'y a pas de commentaire.
+ ajouter un commentaire

optionel, pour être averti de la publication

 
 

Boutique
6 € N°158
Février/Mars 2019

Commander

Le produit a été ajouté au panier

Voir mon panier


Rendez-vous