Royan - N°125 - Août/Septembre 2013

Jardins du Monde : une nouvelle direction

 

«Plutôt que d’installer des dinosaures, il vaudrait mieux mettre des chèvres. Quand on voit l’état du parc, il me semble que la commune doit intervenir.» Jean-Bernard Prudencio, conseiller municipal de l’opposition, a, certes, fait de l’humour, lors du conseil municipal du 28 juin dernier, au sujet des Jardins du Monde, mais a aussi mis en exergue l’état du parc floral. Il faisait suite à l’interrogation du conseiller de l’opposition Jean-Michel Denis, concernant la situation de l’occupant du domaine public. En effet, le tribunal de commerce a rendu son jugement et installé Marc Jaeger à la direction de la société Flore, Sciences, Nature (CB n° 124). D’après le site RoyanActu.com, les deux anciennes gérantes Bénédicte Cujean et Stéphanie Durand ont quitté les lieux, mais ont fait appel de la décision du tribunal de Saintes. Parallèlement, début juillet, la société Flore, Sciences, Nature a déposé le bilan du fait d’un trou dans la trésorerie de l’ordre de 170 000 €. Elle a également fait une demande de redressement judiciaire. Cependant pour Didier Quentin, le maire, ces péripéties judiciaires ne changent rien pour la mairie qui a signé une convention d’occupation du domaine public avec la société et non pas avec des personnes définies. «Le changement de gérance ne change rien pour la municipalité.» 

Par contre, Marc Jaeger, le nouveau gérant suisse, arrivé dans ses murs à la fin du mois de juin, compte bien changer beaucoup de choses. Avant tout il va devoir faire un brin de jardinage. «Le parc, à notre arrivée, était dans un très mauvais état. Il n’avait pas été entretenu avec de l’herbe très haute. Nous travaillons tard le soir pour lui rendre un aspect plus agréable d’autant que nous sommes ouverts, notamment car nous avions des engagements envers des groupes. Doucement, le parc devient présentable. Nous allons recruter des jardiniers pour nous aider dans notre tâche.» Si certains ont souffert, voire sont morts, les bonsaïs sont toujours en place  – «nous essayons de sauver ce qu’il est possible» – tout comme les orchidées, «dont il va falloir s’occuper mieux. Il reste quelques papillons.» Impossible cependant de tout remettre en état pour cette saison. Le gérant, dont la femme originaire de Biarritz souhaitait revenir s’installer en France – «nous avions des projets mais la Suisse était trop petite pour les mettre en œuvre» –, va s’appuyer sur le thème des dinosaures. «Sachant que nous ne pouvons pas présenter le plus beau jardin du monde, cet été ce sera Dinoland avec l’arrivée de nouveaux spécimens en taille réelle. Ils compléteront ceux déjà installés depuis plusieurs mois. Un coin spécifique pour les enfants est aussi prévu pour leur apprendre le monde des dinosaures.»

Une fois la saison estivale passée, la mue du parc floral devrait débuter. «D’ici la fin de l’année, nous allons présenter notre projet avec en priorité le changement de nom. Nous ne pouvons pas le faire tout de suite du fait des publications dans lesquelles nous apparaissons.» Mais impossible d’en savoir plus sur ce changement de nom. Par contre, Marc Jaeger dévoile quelques bribes de son parc nouvelle génération. «Les dinosaures seront implantés dans un endroit du parc qui va rester dans le thème de la nature et tout ce qu’il y a autour. Les bonsaïs seront conservés et de nouvelles espèces de plantes vont être plantées.»  Pour plus de détails, le nouveau maître des lieux nous invite à la patience. A terme, il espère créer de nouveaux emplois et, dès cet été, des emplois saisonniers compléteront les six personnes qui travaillent actuellement sur le parc. «Nous allons grandir peu à peu.» A noter que le parc est ouvert tous les jours de 10h à 20h et que les tarifs ont été revus à la baisse (8 € pour un adulte et 5 € pour un enfant).

La municipalité semble satisfaite de cette nouvelle gérance estimant que le projet est plus abouti que le précédent. Pour Didier Simonnet, adjoint au maire, «l’important est que cela ne nous coûte plus un sou».

Commentaires des internautes
Il n'y a pas de commentaire.
+ ajouter un commentaire

optionnel, pour être averti de la publication

 
 

Boutique
6 € N°162
Octobre/Novembre 2019

Commander

Le produit a été ajouté au panier

Voir mon panier


Rendez-vous