Les Mathes-La Palmyre - N°163 - Décembre/Janvier 2019

Les activités motorisées ont tremblé

Des spectacles non autorisés de «Monster Trucks» en zone humide font couler beaucoup d’encre depuis l’été 2019. Les services de l’État sont sollicités pour faire de l’ordre.

Un petit vent de panique s’est levé le long de la route de la Fouasse début novembre. Luna Park, Buggy loisirs et Oceanic Jet Quad menacés d’interdiction d’exercer certaines de leurs activités suite à des plaintes d’associations environnementales ? C’est ce que craignait fort la maire Marie Bascle, conviée le 20 novembre dernier à la sous-préfecture de Rochefort pour évoquer les nombreux loisirs motorisés installés depuis des années dans le secteur, victimes collatérales des remous dus à l’arrivée récente et illicite de camions à grosses roues sur un terrain privé. Finalement, le soufflé est quelque peu retombé à l’issue de trois heures de discussions. 

Même si les trois premiers établissements de loisirs précités, locomotives touristiques de la commune, ne présentent pas toutes les autorisations imposées par les changements réguliers de réglementations, ils ne seront vraisemblablement pas inquiétés. Une simple mise en conformité suffit. Au plus grand soulagement de la maire des Mathes : « Il y a prescription pour ces activités historiques, implantées ici depuis plus de 20 à 30 ans, dans des zones de loisirs. L’occupation correspond. Ce n’est pas le cas pour les énormes camions. »

L’élue, à l’instar de plusieurs associations environnementales, est en effet vent debout contre les Monster Trucks en question. Des engins utilisés sans la moindre autorisation dans le cadre de spectacles sur un espace naturel boisé, recensé comme zone humide sensible mais aussi site de conservation d’une faune protégée. « Nous ne pouvons que constater un défrichement très important, sur plus de 6 000 m2 », pestait Marie Bascle dès septembre devant son conseil municipal, insistant sur le manque de réactivité de la préfecture suite aux demandes d’actions immédiates « afin que cesse cette destruction massive ».

Si la commune a reçu l’assurance que le site serait dépollué, les services de l’Etat restent pour l’instant évasifs sur les interventions possibles en cas de récidive. Or, d’autres spectacles seraient d’ores et déjà envisagés pour l’été 2020. Tout comme l’essor d’un cirque et d’un terrain de paintball, au même endroit. Le dossier risque encore de vrombir un bon moment.

Photo © Pixabay

Commentaires des internautes
Il n'y a pas de commentaire.
+ ajouter un commentaire

optionnel, pour être averti de la publication

 
 

Boutique
6 € N°160
Juin/Juillet 2019

Commander

Le produit a été ajouté au panier

Voir mon panier


Rendez-vous