Culture - N°158 - Février/Mars 2019

Livres

Aunis-Saintonge romane

L’art roman fait partie du paysage typique de la Charente-Maritime. Il est très représenté en Aunis (entre le marais Poitevin et l’embouchure de la Charente) - Saintonge (entre la baie de l’Aiguillon et l’embouchure de la Gironde). Il représente une période qui s’étend du xe au xiie siècle. Ce petit guide revient sur son histoire et ses lieux les plus représentatifs, pas tous très connus. Architecture caractéristique, décors peints et sculptés, clochers… les auteurs reviennent sur tous ces détails qui font la richesse de cette période. Des circuits sont proposés en fin d’ouvrage, dont par exemple deux autour de la Seudre : Saujon, Corme-Ecluse, Thaims, Rioux, Rétaud, Saint-Romain-de-Benet (42 km) et Saint-Sulpice-de-Royan, Breuillet, Vaux, Talmont (32 km).

L’art roman en Aunis-Saintonge, Catherine Dumas, Philippe Laugrand et Eric Signorino, éd. La Geste, coll. Je découvre, 56 pages, 5,50 €

 

Tout sur l’estuaire

Dans la même série des petits guides pratiques «Je découvre» de l’éditeur La Geste, voici celui consacré à l’estuaire le plus vaste d’Europe (635 km2), celui de la Gironde. Il commence par son histoire : né il y a 5 000 ans, sa largeur était deux fois supérieure à celle actuelle (12 km). Les thèmes abordés, comme la navigation, la pêche (dont celle au carrelet), la biodiversité fragile, le patrimoine architectural le long des rives ou le détail du circuit de la route verte (80 km de Blaye à Saint-Georges-de-Didonne), en font un guide essentiel, à un prix très abordable.

L’estuaire de la Gironde, Pauline Amiot-Limouzin, Catherine Bord-Ruisseau, Catherine Chateau-Goniak et Marie Hallier, éd. La Geste, coll. Je découvre, 56 pages, 5,50 €

 

Observer les oiseaux

Comme le dit Thomas Brosset, l’auteur de ce livre, journaliste à la retraite et photographe, la Charente-Maritime, par son alternance de biotopes (mer, estran, marais, prairies, bois), est le terrain idéal pour partir à la découverte des oiseaux. Les observer, c’est les voir voler ou se nourrir. C’est aussi reconnaître leur chant.

L’auteur nous indique ainsi où les observer voler, où les voir dans les marais ou encore comment ils se nourrissent. Au-delà des textes très instructifs, ce sont les photos de Thomas Brosset qui interpellent, telle cette prise de bec entre aigrettes garzettes, ce héron cendré venant de pêcher une anguille enroulée autour de son bec ou ces petites échasses accompagnant leur mère et semblant si fragiles. La seconde partie du livre est consacrée à des fiches pratiques sur les oiseaux que l’on peut observer : description, caractère, voix, lieux de présence dans le département, les indications sont très précises. Ce livre est aussi un hommage au travail des anges gardiens des oiseaux, tels que les bénévoles de la Ligue pour la protection des oiseaux.

Oiseaux du littoral charentais, Thomas Brosset, éd. La Geste, 96 pages, 15 €

 

Doisneau à la mer

Associez un photographe de talent – Robert Doisneau –, un thème qui fait rêver – la mer – et un éditeur qui soigne ses réalisations – Glénat –, et forcément au final vous obtiendrez un beau livre. 

L’ouvrage regroupe des prises de vue que Robert Doisneau a réalisées à la mer pour des reportages, des commandes publicitaires ou des vacances en famille. On y découvre des séries complètes sur la pêche au thon à Saint-Jean-de-Luz en 1952, la pêche aux sardines à La Turballe en 1956, les quais de Marseille ou encore le chantier de récupération des épaves de Toulon. On découvrira de nombreux clichés, comme le quai de déchargement de Rochefort en 1967, les vacances sur les plages de l’île de Ré entre barbelés et débris de guerre en 1945, le phare de Cordouan en 1959…

Angelina Meslem, historienne de la photographie, revient sur les débuts du photographe et explique que, à ses 17 ans, l’entourage de Doisneau pensait qu’il gâchait de la pellicule avec ses premiers clichés. La suite de ce très beau livre à la réalisation impeccable nous prouve évidemment le contraire.

Allons voir la mer avec Doisneau, Angelina Meslem et l’Atelier Robert Doisneau, éd. Glénat, 224 pages, 35 €

 

Spécial Chasse-Marée

Nous avons reçu trop tard le n° 300 du Chasse-Marée pour vous le présenter dans le dernier la Côte de Beauté. Nous le faisons maintenant – bien que, depuis, le numéro suivant soit sorti – car c’est un bel exemplaire, double, qui mérite l’attention des amoureux de la mer. Il a pour thème «La mer autrement». Son fondateur revient sur l’histoire de la revue, développant l’idée de culture maritime, appuyée par des reportage sur la reconstruction traditionnelle  des bateaux vikings au Danemark, les nouveaux explorateurs éco-responsables, un reportage à bord d’un voilier vieux de 150 ans qui fait du cabotage sur les côtes d’Europe et tant d’autres histoires à travers le monde. Les photos, illustrations, tableaux et autres croquis sont magnifiquement mis en valeur dans une mise en page et une réalisation parfaites.

Chasse-Marée, la mer autrement, n° 300, 172 pages, 12,90 €

Disponible sur www.chasse-maree.com

 

Histoire locale

Deux livres pourront intéresser nos lecteurs les plus férus d’histoire récente et plus particulièrement de la période de la Libération.

Le premier est le témoignage inédit d’un resistant qui participa à la libération de Périgueux, Angoulême et Rochefort et assistera, impuissant comme tant d’autres, au bombardement de Royan. Ecrit dans les années 1980 par Philippe Papon, ce manuscrit est resté trente ans dans un tiroir. Il a été rendu à la lumière par sa fille en ce début d’année. L’attaque de Royan, la fin des combats à Oléron... Quelques chapitres de ce précieux récit très bien écrit sont consacrés à la Charente-Maritime et à Royan en particulier.

Mémoires d’un maquisard, le groupe Phiphi, Philippe Papon, éd. Sud Ouest, 248 pages + 8 pages de photos d’époque, 10 €

De l’autre côté de l’estuaire, Jean-Paul Lescorce, incroyable collectionneur de documents anciens, publie un livre sur la libération de Soulac-sur-Mer. Un document d’époque montre les troupes allemandes sur le bac Cordouan réquisitionné à Royan pour traverser l’estuaire et occuper la pointe du Médoc.

L’auteur revient sur la construction des forteresses de défense, le quotidien des soldats puis l’enchaînement des événements qui aboutiront à la libération de Soulac. Le livre comprend des témoignages précieux ainsi que de nombreuses photos et illustations.

Libération de Soulac, Jean-Paul Lescorce, Aliénor Editions, 128 pages, 12 €

A noter : l’auteur organise la visite de la batterie allemande des Arros. Rens. 05 56 09 91 59 - 06 41 88 98 66 - www.ahpnm.blogspot.com

Commentaires des internautes
Il n'y a pas de commentaire.
+ ajouter un commentaire

optionel, pour être averti de la publication

 
 

Boutique
6 € N°157
Décembre/Janvier 2018

Commander
16.15 € Les Aravis vus d'en haut

Commander

Le produit a été ajouté au panier

Voir mon panier


Rendez-vous