Saint-Palais-sur-Mer - N°148 - Juin/Juillet 2017

Maison des Douanes - Une maison ouverte sur l’art

En octobre 2007, la communauté d’agglomération Royan Atlantique a acheté la maison des Douanes et a souhaité en faire un lieu de rencontres, ouvert au public. Ainsi est née la maison CARA pour Centre d’arts contemporains de Royan Atlantique. L’objectif est de faire un lieu d’interprétation des patrimoines, d’expositions éphémères, de valorisation et d’animation territoriale mais aussi de réceptions. Son contenu restera intimement lié au «génie des lieux» et à son environnement immédiat : le littoral Atlantique. A l’issue d’un concours entre quatre concurrents, le jury a attribué en octobre 2012 la mission de maîtrise d’œuvre à l’agence d’architectes du patrimoine Arc&Sites basée à Bordeaux. Celle-ci a proposé un aménagement à la fois respectueux du bâtiment et très contemporain dans sa manière d’aborder ce site classé du littoral. Une extension qui émerge du terrain comme un rocher est alors imaginée. A l’intérieur, de grandes salles d’exposition et de détente offrent des vues cadrées sur l’horizon. Un salon de thé permet d’y apprécier le spectacle sans cesse renouvelé de l’océan. Ouvert à tous, un belvédère est aménagé sur le toit de l’extension. Dans le bâtiment principal, un espace d’interprétation permet de découvrir l’histoire du site. Les petites pièces cloisonnées ont cédé la place à un vaste espace conçu comme un prolongement du sentier des douaniers, avec ses passerelles et ses vues plongeantes. Une coursive s’élance au-dessus du vide vers un poste d’observation créé juste en face du phare de Cordouan. Accroché sur un socle minéral de béton blanc, un escalier métallique relie les deux niveaux de la galerie d’art consacrée aux expositions temporaires et aux artistes en résidence. Après plusieurs mois de travaux, contestés par les voisins (lire encadré), la maison des Douanes ouvrira ses portes le 1er juillet. «Je suis agréablement surpris du travail de l’architecte qui a réussi à dégager énormément d’espace dans cette petite maison. L’intérieur, le belvédère, les jardins sont superbes. C’est extraordinaire», s’enthousiasme Claude Baudin, le maire. Le jardin sera ouvert toute la journée et fermé le soir alors que le belvédère sera accessible en permanence. Le sculpteur Jehan de Villiers sera le premier à exposer ses œuvres cet été.


Des travaux malgré un recours

Des voisins de la future Maison des arts avaient déposé un recours devant le tribunal administratif estimant que le permis de construire comportait des erreurs. Il n’y avait pas, par exemple, d’études paysagère, urbanistique et architecturale. De plus, l’extension projetée présentait un caractère contemporain qui ne correspondait pas au cadre dans lequel elle s’insère. D’après les voisins, l’extension et les nouvelles ouvertures prévues étaient contraires aux principes généraux du règlement de la zone de protection du patrimoine architectural urbain et paysager… Les voisins craignaient de perdre en tranquillité avec la construction de ce bâtiment. Finalement, en novembre 2016, les requérants ont été déboutés par le tribunal qui a jugé le permis de construire légal. Le juge ayant aussi estimé que les désagréments listés liés à la création d’un belvédère n’étaient pas prouvés. 

Jouant son va-tout, le président de la CARA avait décidé d’ignorer ce recours et avait donné l’ordre de commencer les travaux.
 
 
Photo © Julia Hasse / CARA
Commentaires des internautes
Il n'y a pas de commentaire.
+ ajouter un commentaire

optionel, pour être averti de la publication

 

Boutique
6 € N°150
Octobre/Novembre 2017

Commander

Le produit a été ajouté au panier

Voir mon panier


Rendez-vous