Courrier des lecteurs - N°124 - Juin/Juillet 2013

Outrées par le «grand malade» (2)

Mme Ubin, propriétaire à Saint-Georges-de-Didonne, s’est dite blessée par le ton et le contenu de cet article qui porte une grave atteinte à l’image de notre commune et à ses habitants.

 

«Je suis blessée par les déclarations de M. Bouffard dans le n° 123 de La Côte de Beauté. Ce monsieur dit être “au chevet d’un grand malade”, ce qui est outrageant pour les Saint-Georgeaises et Saint-Georgeais qui, avant l’arrivée de ce monsieur, auraient cautionné n’importe quoi !

Le plus grand malade n’est pas celui qu’on pense...

Il nous considère comme des sottes et des sots parce qu’il n’a pas été élu il y a 5 ans !

Le plus sot des deux n’est pas celui qu’on pense... Il ose traiter d’incompétents ceux qui, avant lui, ont permis la réalisation de travaux pour l’amélioration de notre commune et de son image! Le plus incompétent des deux n’est pas celui qu’on pense...

Il veut “sortir de cet état de délabrement” !

Le plus délabré des deux...

Je suis blessée par la désinvolture de ce monsieur à annoncer des contre-vérités avec un tel aplomb. Saint-Georges est un lieu où il est agréable et paisible de vivre. Le climat y est tempéré, et je suis blessée que ce monsieur veuille y ajouter un climat de haine et de défiance. Je suis blessée par l’image que donne ce monsieur de notre ville et de ses habitants dont, manifestement, il n’a rien à faire, en les traitant avec un tel mépris. Est-ce ce que l’on est en droit d’attendre du premier magistrat de notre commune ?»

 
Commentaires des internautes
Il n'y a pas de commentaire.
+ ajouter un commentaire

optionel, pour être averti de la publication

 

Boutique
16.15 € Les Aravis vus d'en haut

Commander
18.15 € L'île d'Oléron vue d'en haut

Commander

Le produit a été ajouté au panier

Voir mon panier


Rendez-vous