Sommaire du journal N°124 - Juin/Juillet 2013

 

Chers lecteurs,

Le TGV à Royan en 2017 ? C’est en tout cas ce que laisse entendre Dominique Bussereau, président du Conseil général de Charente-Maritime, qui a paraphé avec son homologue charentais la décision d’électrifier la ligne Angoulême-Royan, première étape d’une mise en service éventuelle du TGV. L’association royannaise Idées en Mouvement a invité les élus d’Arcachon et des Sables-d’Olonne à venir expliquer combien l’arrivée du TGV dans leur ville avait dopé l’économie locale. Leur démonstration a subjugué la majeure partie du nombreux public venu les écouter.

Le festival Un Violon sur le Sable fête ses 26 ans avec, entre autres vedettes internationales, Natalie Dessay, Inva Mula, Renaud Capuçon, Laurent Naouri, Alexandre Tharaud... Excusez du peu ! L’occasion pour nous de tracer le portrait de son intrépide créateur, Philippe Tranchet.

Depuis leur création voulue par Philippe Most, Les Jardins du Monde n’ont cessé de semer la zizanie au sein du conseil municipal de Royan où ils ont donné lieu à quelques règlements de compte... Et voici que la zizanie s’installe au sein même de la société qui gère le parc floral : un cousin suisse des deux sœurs dirigeantes affirme qu’il est en fait le vrai gérant de la société à laquelle il dit avoir apporté un important concours financier, ce que les deux sœurs contestent. La justice est saisie. Décidément, on n’a pas fini de parler des Jardins du Monde !

La restauration de l’église Notre-Dame est, on le sait, un gouffre financier : 3,1 millions d’euros pour la nouvelle campagne dont la majeure partie doit être financée par des subventions. Déjà, dans le premier numéro de la Côte de Beauté, il y a 21 ans, on se penchait sur la malade et la tranche de travaux 1992-1993 avait coûté 5,5 millions de francs.

L’église, classée monument historique en 1988, coûte effectivement très cher mais il est impensable de renoncer à son entretien et je ne résiste pas au plaisir de citer une nouvelle fois le commentaire de François Mauriac en 1958 : «Je la vois ! Qu’elle est belle ! Le grand vaisseau sombre se dresse au-dessus de cette exposition universelle qu’est le nouveau Royan : l’église de Guillaume Gillet. Elle est fille de l’estuaire et de la mer, elle leur ressemble, mais non à cette ville et à ce peuple. On dirait que ce bâtiment de haut bord, aux noires voilures déchiquetées, a échoué là, et son pavillon est celui d’un pays inconnu. Cette église a beau être de béton, elle nous arrive pourtant du fond des siècles, elle participe de styles auxquels elle n’a rien emprunté.»

Claude Fouchier

La Côte de Beauté

Meschers-sur-Gironde

Saint-Georges-de-Didonne

Royan

Vaux-sur-Mer

Saint-Palais-sur-Mer

Les Mathes-La Palmyre

La Tremblade-Ronce-les-Bains

Nature

Histoire

Culture

Portrait

Petites annonces

Accédez aux autres sommaires
Année : Numéro :

Boutique
18.15 € L'île d'Oléron vue d'en haut

Commander

Le produit a été ajouté au panier

Voir mon panier


Rendez-vous