Sommaire du journal N°126 - Octobre/Novembre 2013

 

Chers lecteurs,

Nous l’avions évoqué dans notre dernier numéro consacré en grande partie au marché de l’immobilier, les nouvelles mesures sur les plus-values immobilières des résidences secondaires sont entrées en vigueur depuis le 1er septembre. L’exonération, en ce qui concerne l’impôt sur le revenu, sera totale au bout de 22 ans de détention contre 30 ans précédemment. L’abattement sera de 6% pour chaque année au-delà de la cinquième année et jusqu’à la vingt et unième et 4% pour la 22e année révolue. En revanche, pour les prélèvements sociaux, il faudra attendre 30 ans pour une exonération totale. En outre, pour les cessions intervenant depuis le 1er septembre 2013 jusqu’au 31 août 2014, un abattement exceptionnel de 25% sera appliqué pour l’impôt sur le revenu et les prélèvements sociaux.

Toutes ces mesures ne s’appliquent pas quand la cession se fait au bénéfice d’un membre de la famille du vendeur.

Le gouvernement espère ainsi revigorer le marché de l’immobilier qui, après une période folle de flambée des prix, connaît aujourd’hui une stagnation voire une baisse sensible.

 

C’est encore un coup dur pour Robert Jono, le maire des Mathes, qui voit son PLU, objet de nombreuses contestations, annulé en référé par le tribunal administratif de Poitiers suite au recours de la préfète de la Charente-Maritime. Le maire, qui conteste de nombreux points du jugement, ne renonce pas et veut faire appel. En attendant le jugement de fond, il va retourner au plan d’occupation des sols «beaucoup moins restrictif, souligne-t-il, que notre plan local d’urbanisme».

 

La campagne électorale pour les élections municipales s’annonce chaude à Royan et Saint-Georges notamment où les élus se livrent déjà à quelques escarmouches. Rien que de très normal quand les élus nationaux donnent le triste exemple, à gauche comme à droite, de dissensions perpétuelles, souvent insignifiantes, à coup de petites phrases amplifiées par la plupart des médias qui ne s’intéressent qu’à la politique politicienne. Rançon de la démocratie, dira-t-on, mais on aimerait un peu plus de fond.

On salue la décision de Jean-Paul Cordonnier, le maire de Vaux, qui ne se représentera pas aux prochaines municipales avec ce sage commentaire : «La succession est assurée. Il faut laisser la place aux jeunes.»

Claude Fouchier

Dernière minute

La Côte de Beauté

Meschers-sur-Gironde

Saint-Georges-de-Didonne

Royan

Vaux-sur-Mer

Saint-Palais-sur-Mer

Les Mathes-La Palmyre

La Tremblade-Ronce-les-Bains

Nature

Histoire

Petites annonces

Accédez aux autres sommaires
Année : Numéro :

Boutique
7.90 € L'île d'Aix vue d'en haut

Commander
18.15 € L'île d'Oléron vue d'en haut

Commander

Le produit a été ajouté au panier

Voir mon panier


Rendez-vous