Sommaire du journal N°144 - Octobre/Novembre 2016

Au 1er janvier 2017, la compétence tourisme sera octroyée aux regroupements de communes ou à celles déjà constituées comme la Communauté d’agglomératiion Royan Atlantique. Ce qui fait tousser certaines communes qui avaient l’habitude de se mettre en avant, seules, et notamment la plus importante d’entre elles, Royan, qui voudrait garder «une certaine autonomie» comme le souhaite le député-maire Didider Quentin. Il y a aussi des conséquences financières comme, par exemple, les recettes du casino de Royan qui pourraient entrer dans la caisse commune, au grand dam, là aussi, du maire qui estime que la commune a fait, seule, les investissements pour moderniser l’établissement et qu’elle doit en récolter les fruits. Autre conséquence, la taxe de séjour – qui représente, par exemple, une manne importante pour Les Mathes – grossira, elle aussi, la cagnotte commune. Il y aura bien entendu des contreparties. 

Le gouvernement a prévu que les stations classées de tourisme – c’est le cas des Mathes, de Royan, Vaux-sur-Mer et Saint-Georges-de Didonne sur la Côte de Beauté – pourraient conserver leur autonomie mais que la gouvernance et le financement dépendraient de la structure communautaire. Autant dire une autonomie en trompe-l’œil...

En attendant, la soixantaine d’agents des 18 offices de tourisme présents dans les 34 commune de la CARA ont reçu l’assurance que leurs postes seraient maintenus au 1er janvier 2017.

La loi NOTRe qui a imposé, entre autres, cette compétence du tourisme a pour but de faire des économies d’échelle... à terme. Car, pour l’instant, il faut payer les études, créer une nouvelle structure avec un conseil d’administration, etc., bref dépenser plus pour espérer faire des économies plus tard...

 

L’accueil des gens du voyage est déjà une compétence communautaire. Mais la CARA est démunie face à l’invasion des gens du voyage, l’été, sur son territoire. Incivilités, occupations illégales, déchets non contrôlés... La CARA ne peut faire respecter la loi et l’appel à l’Etat reste sans réponse efficace. Sans vouloir fustiger les gens du voyage, il faut bien reconnaître que leur accueil, l’été, reste un vrai problème sur la Côte de Beauté.

 

Le Carel, avec ses quatre hectares en centre-ville, est l’objet de toutes les convoitises. Et en premier lieu du président de la CARA, Jean-Pierre Tallieu, qui se verrait bien y installer son personnel qui étouffe dans les locaux actuels. Le Centre audiovisuel de Royan pour l’apprentisssage des langues a été créé en 1966 par le maire de l’époque, Jean-Noël de Lipkowski, et est géré conjointement par la ville et l’université de Poitiers. Il était devenu rapidement emblématique pour sa modernité dans l’apprentissage des langues mais depuis quelques années il connaît des difficultés financières eu égard à la forte concurrence du privé. Un audit est actuellement en cours. A suivre...

 

Pendant qu’à Meschers la révision du PLU de 2013 est annulée par le tribunal administratif et que les élus vont devoir revoir leur copie, les Saint-Georgeais constatent, jour après jour, que la gestion de leur commune n’est pas un long fleuve tranquille : quatre démissions, un retrait de délégation au sein du conseil municipal ! On en lira le détail dans ce journal.

 

Le bras de fer continue entre Nature Environnement 17 et le Club Med et la SEM 17 à propos de l’agrandissement du Club Med. L’association Demain Les Mathes, elle, a jeté l’éponge. Elle souhaite se consacrer à d’autres sites communaux à préserver. Il est vrai que c’est l’installation elle-même du Club Med à cet endroit qui était discutable du point de vue de la loi Littoral. Mais une fois celui-ci construit, le problème de son agrandissement reste secondaire et l’association estime que le second permis déposé répond à ses préoccupations.

 

La Côte de Beauté

Meschers-sur-Gironde

Saint-Georges-de-Didonne

Royan

Vaux-sur-Mer

Saint-Palais-sur-Mer

Les Mathes-La Palmyre

La Tremblade-Ronce-les-Bains

Histoire

Culture

Petites annonces

Accédez aux autres sommaires
Année : Numéro :

Boutique
6 € N°147
Avril/Mai 2017

Commander

Le produit a été ajouté au panier

Voir mon panier


Rendez-vous