Sommaire du journal N°145 - Décembre/Janvier 2016

Chers lecteurs,

Ainsi, peu à peu, les communes de la CARA apprennent à vivre ensemble, sous la férule de l’Etat. 

Le législateur, avec la loi NOTRe du 7 août 2015, leur impose le transfert d’un grand nombre de compétences au profit de l’intercommunalité selon un calendrier impératif. Et cela se passe, au début, dans la douleur. C’est le cas de la compétence tourisme qui doit être transférée au 1er janvier prochain. Royan n’entendait pas renoncer aux recettes du casino qui lui rapportent gros même s’il participe parfois aux investissemnts du propriétaire, le groupe Barrière, comme par exemple au renforcement des piliers de l’établissement. La commune des Mathes tremblait à l’idée de perdre la manne de la taxe de séjour. Finalement tout le monde s’est entendu au sein de la CARA pour établir un barème complexe de compensations financières entre les communes.

La loi SRU (Solidarité et renouvellement urbain) définit des obligations de logement social, jusqu’à 25 % du parc de logements à l’horizon 2025, pour les communes de plus de 3 500 habitants. La CARA avait pris les choses en main dès 2008 avec un PLH (plan local d’habitat) qui vient d’être renouvelé en juillet dernier pour une nouvelle période de six ans. Mais ce nouveau PLH ne convainc pas tout le monde. En premier lieu Royan qui conteste les calculs et les préconisations de la CARA en les jugeant irréalistes, on le lira dans ce journal. Saint-Palais, déjà dans le collimateur du ministère du Logement pour manquement aux obligations de la loi SRU, n’est pas d’accord non plus. La maire de Vaux, Danièle Carrère, qui a souffert des amendes infligées par le préfet pour les mêmes raisons que Saint-Palais a un comportement plus positif : «Je comprends mes collègues maires mais j’estime que ne pas adopter ce PLH, c’est reculer pour mieux sauter. Il faut avancer !»

Didier Quentin, lui, est persuadé que la loi SRU «sautera» avec la future majorité gouvernementale l’été prochain : «Cette loi est certes généreuse mais elle est irréaliste, dit-il. Nous avons fait un gros effort en matière de logements sociaux, nous approchons les 10 %.» [NDLR : 8,04 % selon le ministère]

En fait, dans cet épisode du nouveau PLH, le fonctionnement de la CARA et des communes membres ressemble à celui de l’Europe... Les ministres des pays membres valident officiellement les propositions de la Commission européenne et, une fois rentrés chez eux, s’empressent de les contester, voire de les désavouer...

Le torchon brûle une nouvelle fois entre Alain Géniteau, président des Amis de Saint-Palais, et le maire, Claude Baudin, qui a décidé d’envoyer une lettre ouverte à ses administrés pour manifester son ras-le-bol à propos du énième recours intenté par le champion de France des recours en conseil d’Etat. 

Ce recours concerne un projet immobilier qui comprend 26 logements sociaux dont la municipalité a grand besoin. Cette lettre semble laisser de marbre le président de l’association qui vient pourtant d’encaisser un rude revers en perdant son agrément départemental qui lui a été retiré par le préfet. Alain Géniteau estime qu’il est victime d’un règlement de comptes. Nul doute qu’il va introduire un recours contre la décision du préfet...

Claude Fouchier

La Côte de Beauté

Meschers-sur-Gironde

Saint-Georges-de-Didonne

Royan

Vaux-sur-Mer

Saint-Palais-sur-Mer

Les Mathes-La Palmyre

La Tremblade-Ronce-les-Bains

Histoire

Petites annonces

Accédez aux autres sommaires
Année : Numéro :

Boutique
7.90 € L'île d'Aix vue d'en haut

Commander

Le produit a été ajouté au panier

Voir mon panier


Rendez-vous