Vaux-sur-Mer - N°141 - Avril/Mai 2016

20 ans sans augmenter les impôts locaux

Ne pas augmenter les impôts, poursuivre les investissements tout en baissant les charges de fonctionnement. Voici les objectifs que se sont fixé les élus dans l’élaboration de ce budget.

Lors du vote du budget les élus ont réaffirmé leur volonté de ne pas augmenter les impôts, de baisser les charges de fonctionnement et de maintenir les investissements. Un triptyque qui en ces temps de vaches maigres relève de l’exploit. «C’est un budget réaliste mais volontaire. Réaliste parce que nous sommes dans une conjoncture difficile, volontaire parce qu’il y a des projets. Pas des projets d’envergure mais beaucoup d’entretien de l’existant. Investir, créer et construire tous azimuts c’est une chose mais après il ne faut pas oublier que cela signifie des frais de fonctionnement», commente Danièle Carrère, le maire. 

Ainsi donc, comme le soulignera Henri-Michel Guglieri, adjoint au maire chargé des finances, le budget 2016 est «rigoureux avec un effort énorme de l’ensemble des services pour maîtriser le fonctionnement». Des efforts pour pallier la baisse de la dotation globale de fonctionnement de près de 110 000 € cette année ainsi que les pénalités liées au non-respect de la loi SRU concernant les logements sociaux. «En 2016, nous aurons une amende de 95 000 €», regrette le maire. «Si nous avons demandé des efforts aux services pour diminuer le fonctionnement nous avons aussi à l’esprit la volonté de ne pas pénaliser le niveau  de services pour les administrés.»

Réfection de la salle omnisports

Et pour la vingtième année consécutive, les élus ont décidé de ne pas augmenter le taux des taxes locales. «Mais du fait de l’augmentation des bases décidée par l’Etat, les impôts vont augmenter un peu tout de même. D’autres communes font le choix, souvent sans autre possibilité, d’augmenter les impôts, ce qui n’est pas le cas de Vaux-sur-Mer. Il faut éviter de pénaliser les familles. On ne peut pas toujours faire payer aux familles les désengagements de l’Etat. Tant que nous pourrons le faire nous le ferons. Notre bonne gestion nous permet ce luxe», explique le maire.

Ainsi le budget de fonctionnement s’élève à 5 784 326 €. Le maire avait demandé une baisse de 2% mais «après analyse de la situation comptable 2015, il s’avère que 80% des dépenses ne peuvent pas être diminuées, et augmenteront même pour certaines d’entre elles telles que l’énergie-électricité, l’alimentation, l’entretien des bâtiments, les charges de personnel, les contrats de maintenance, les frais administratifs, ou bien encore les frais d’actes et contentieux, loi SRU. 20% seulement des dépenses peuvent donc être compressées, mais pour atteindre l’objectif de -2%, ce n’est pas admissible pour assurer raisonnablement le maintien de la qualité des services aux administrés. Après réflexion il a été proposé de fixer un deuxième objectif à 0% d’augmentation, ce qui induit malgré tout une diminution de 10% des charges dites compressibles», décortique Henri-Michel Guglieri. Un effort a donc été fait particulièrement sur les frais liés aux animations et à la communication. «Mais nous ne pourrons pas aller plus loin car en tant que station classée nous nous devons d’offrir un minimum d’animation à la population et aux vacanciers.»

Le budget d’investissement se chiffre à 4 460 066 €. Parmi les principales dépenses, plus de 1,6 M€ sont prévus pour des opérations de voirie et de réseaux. On notera l’aménagement du boulevard du Général-de-Gaulle, diverses réfections de rues notamment dans le quartier des Peintres… Cette enveloppe doit aussi permettre l’aménagement de l’aire de camping-cars au camping de Nauzan. Il s’agit d’agrandir l’espace pour accueillir six emplacements supplémentaires. Les bornes d’accessibilité et pour vidanger vont être  changées. L’idée étant d’ouvrir cette aire à l’année. 

Les élus ont également prévu 200 000 € pour des achats de terrain notamment pour la voie d’accès au Cormier. «Mais nous pourrons également saisir des opportunités d’achats pour réaliser des logements sociaux», explique Danièle Carrère. La somme de 1 103 000 € est budgétisée pour des opérations de construction. Il s’agit, entre autres, de travaux d’agrandissement et de remise aux normes dans les écoles, à la mairie, au stade… mais aussi et surtout de la réhabilitation de la salle omnisports. «Nous avons prévu 450 000 € pour cette opération. Cette salle mérite d’être rajeunie et mise aux normes. En construire une nouvelle aurait été beaucoup trop onéreux.» Il est envisagé également de transformer la maison du square des Fontaines qui appartient à la commune. «Nous voulons y installer une activité qui attire du monde, explique le maire. Que ce soit un commerce ou bien un restaurant, nous ne savons toujours pas. Notre volonté est clairement de maîtriser le foncier pour que nous n’ayons pas un immeuble.» Près de 105 000 € sont prévus pour les espaces verts : aménagement des jardins familiaux, création d’espaces verts ou bien encore l’informatisation de l’arrosage…

Contrairement par contre à ce qui avait été annoncé, aucuns travaux ne sont prévus pour la réhabilitation de l’église. «La Direction régionale des affaires culturelles a bloqué les subventions expliquant qu’une grande partie des fonds sont alloués à la réhabilitation de la mairie de La Rochelle victime d’un incendie. Ainsi nous avons repoussé les travaux d’une année. Aujourd’hui, le bâtiment n’est pas menacé à court terme mais il ne faudrait pas attendre trop longtemps tout de même», commente le maire.

Photo – Pour limiter les dépenses de fonctionnement, la municipalité a rogné sur le budget animation et communication tout en conservant un programme attractif.

Commentaires des internautes
Il n'y a pas de commentaire.
+ ajouter un commentaire

optionel, pour être averti de la publication

 

Boutique
6 € N°147
Avril/Mai 2017

Commander
6 € N°145
Décembre/Janvier 2016

Commander

Le produit a été ajouté au panier

Voir mon panier


Rendez-vous