Nature - N°80 - Janvier/Février 2006

De sacrés oiseaux en Charente-Maritime

Depuis une dizaine d’années, de grands oiseaux noirs et blancs à la stature imposante et à la silhouette trapue fréquentent les marais et les vasières de la Charente-Maritime. Cette espèce nouvelle pour le département l’est aussi pour notre pays, mais elle n’est pas arrivée au cours d’une migration ou à la suite d’une extension naturelle de son aire de nidification. Il s’agit d’oiseaux issus d’un parc zoologique dans le Morbihan.

 

Mesurant 75 cm de haut, le plumage blanc avec quelques plumes noires à l’extrémité des ailes et au bas du dos, une tête et un cou nus de la couleur de la peau, noire, tout comme les pattes, et surtout un long bec noir recourbé caractérisent l’ibis sacré. Cet oiseau appartient à la famille des cigognes et non des hérons comme l’aigrette garzette. Il se nourrit essentiellement de larves d’insectes, de mollusques, de crustacés, de petits poissons, parfois de grenouilles, et peut aussi fréquenter les décharges à l’instar des cigognes.

Cet oiseau originaire d’Afrique fut abondant en Egypte, d’où il a disparu aujourd’hui, et très vénéré comme en témoignent sa présence dans les hiéroglyphes et les très nombreuses momies d’ibis retrouvées dans des nécropoles. Arrivé vers la fin des années 70 au parc zoologique de Branféré, dans le Morbihan, il y vivait en totale liberté. Progressivement, il s’est mis à prospecter la région : golfe du Morbihan, Brière, estuaire de la Loire, lac de Grand-Lieu… où il a trouvé la nourriture et les conditions nécessaires à sa reproduction (400 couples nicheurs en 2004). Il n’en fallait pas plus pour que notre oiseau commence son expansion sur la façade atlantique où on peut l’observer de la Bretagne à la Gironde.

En Charente-Maritime on peut observer aisément l’ibis sacré à partir du mois de juillet et surtout durant l’hivernage, dans les marais au sud de Rochefort, près de Moëze-Brouage, mais aussi dans l’île de Ré. De 10 individus en juillet, les ibis sacrés sont aujourd’hui 25 à arpenter les vasières au nord de l’île à la recherche de leur nourriture. On peut surtout les voir au phare des Baleines, sur la côte de Loix, mais aussi à marée haute près de la station d’épuration de La Couarde. Ils sont plus rares dans les marais à l’intérieur de l’île.

 

Yann Hermieu - LPO

 

Si vous observez des ibis sacrés en Charente-Maritime, notez leur nombre et signalez-le à la

LPO - Maison du Fier - 17880 Les Portes-en-Ré

Tél. 05 4629 50 74

 

Photo : Sébastien Reeber / LPO

 

Commentaires des internautes
Il n'y a pas de commentaire.
+ ajouter un commentaire

optionel, pour être averti de la publication

 

Boutique
16.15 € Les Aravis vus d'en haut

Commander

Le produit a été ajouté au panier

Voir mon panier


Rendez-vous