Vaux-sur-Mer - N°139 - Décembre/Janvier 2016

Brèves

«Ils ont osé»

Particulièrement émue, Danièle Carrère, la maire, comme nombre d’élus dans le pays Royannais, a rendu hommage, le 16 novembre, aux victimes des attentats de Paris du 13 novembre. A 12h, dans le parc de la mairie, la maire a exprimé tout son dégoût et sa tristesse face à ces actes. «Ils ont osé.(...) Nous ne pouvons expliquer l’inexplicable. Nous ne pouvons pardonner l’impardonnable. Nous ne pouvons plus tolérer l’intolérable.» Après la minute de silence, la centaine de personnes présentes ont entonné la Marseillaise. 

 

Accueil des migrants

Lors du conseil municipal du 13 octobre dernier, les élus de l’opposition ont demandé si la commune souhaitait accueillir des migrants. Danièle Carrère, la maire, a, préalablement, rappelé qu’il s’agissait «d’une situation inhumaine et atroce avec des personnes qui vivent une guerre, qui ont constamment peur des agressions, peur des violences, des viols... Il faut réfléchir et ne pas agir sous le coup de l’émotion.» Outre le fait qu’elle estime que ce n’est pas simple d’accueillir une famille, la maire a expliqué que la commune ne disposait pas de logement vide. «Accueillir une famille c’est aussi pouvoir offrir un travail, ce qui n’est pas évident. Il faut penser loin, accueillir une famille c’est à vie. Les enfants vont acquérir très vite la langue française, ils vont s’implanter et travailler et donc il est probable qu’ils ne repartent pas. Il faut raisonner à long terme. L’aspect matériel pourra être résolu mais c’est l’accompagnement qui est un travail énorme. Une famille qui arrive doit être encadrée, elle sera déracinée, ne parlant pas la langue. Il faut donc des personnes humainement présentes au quotidien. En ce qui concerne la commune, il n’existe pas de structure qui pourrait les prendre en charge.»

 

Préparation du budget

A quelques mois du vote du budget, les élus doivent tenir compte d’un contexte compliqué avec la nouvelle baisse des dotations de l’Etat. Elle représente 2% des recettes de fonctionnement. Cette année, la municipalité devra aussi composer avec la baisse de la population, donc des ressources fiscales, mais aussi avec l’application des pénalités relatives au manque de logements locatifs sociaux prévus par la loi SRU. Pour faire face à cette situation tendue, la maire a décidé de «fixer comme objectif, dans un premier temps pour le budget prévisionnel 2016, de réduire de 2% les charges totales de fonctionnement, hors amortissements, charges financières et charges exceptionnelles».

 
Commentaires des internautes
Il n'y a pas de commentaire.
+ ajouter un commentaire

optionel, pour être averti de la publication

 

Le produit a été ajouté au panier

Voir mon panier


Rendez-vous