Vaux-sur-Mer - N°180 - Octobre/Novembre 2022

Festi’Vaux a « évolué dans le bon sens »

Véritable vitrine culturelle et touristique de la station balnéaire vauxoise, le festival de musiques actuelles orchestré par la municipalité vient de fêter ses 20 ans.

«Tout s’est passé à merveille. » Alors qu’il s’apprête à plancher d’ici novembre sur le programme de la prochaine édition de Festi’Vaux, Pierre Huchet ne boude pas le dernier plaisir estival. Celle – naturellement spéciale – des 20 ans, organisée début août, a tenu toute ses promesses. Presque au-delà des espérances. « Un beau temps les trois soirs, 7 000 à 8 000 spectateurs par soirée, des artistes pas casse-pied, liste tout sourire le responsable du service évènementiel de la mairie. Bref, une vraie bouffée d’oxygène » après deux précédents étés marqués du sceau du Covid. 

Une édition anniversaire mérite un coup d’œil dans le rétroviseur. Qu’il a grandi, justement, cet évènement autrefois baptisé « Festival de la voix », lors de son lancement par la municipalité au début du siècle. « Bien » grandi, mesure Pierre Huchet, aux manettes depuis douze ans. « Quand je dis bien, je veux dire que le festival a évolué dans le bon sens. » Jusqu’à se faire, au fil des années, une place de choix dans l’agenda culturel du Pays royannais et bien au-delà.

Un « coup de bol » en 2010

« Le festival est reconnu depuis plusieurs années. Je le vois dans mon travail, quand je rencontre des gens et que je dis ce que je fais, la première chose dont ils me parlent, c’est Festi’Vaux. On sent une attente chaque année. Au tout début, c’était un festival tout intimiste, avec un budget proche de zéro, se souvient l’agent municipal. C’est toujours délicat au début quand tu pousses les portes des maisons de production avec ton étiquette “mairie-gratuit” d’une commune de moins de 4 000 habitants. En 2010, les élus ont eu le “coup de bol” de signer Ben l’Oncle Soul au bon moment, juste avant qu’il n’explose en radio. Ça a fait exploser le festival en visibilité. Le mérite revient à la vision politique de l’équipe municipale qui a ensuite augmenté le budget. Sans jamais griller les étapes. »

Et sans perdre de vue l’ADN de Festi’Vaux, évènement gratuit et familial qui perdrait sans doute de sa convivialité et de son charme en « passant payant pour faire venir une grosse tête d’affiche ». Ce qui n’empêche pas les jolis coups parmi les quelque cent groupes et artistes montés sur la scène installée dans le parc de l’hôtel de ville. On pense ici à Joyce Jonathan, Sinsémilia, Arcadian, Boulevard des Airs, Inna Modja ou encore Jean Louis Murat, pour les noms les plus clinquants. 

« On a réussi à fidéliser un public et ancrer les choses, se réjouit surtout Pierre Huchet. Une soirée reggae-musiques du monde, une soirée avec un artiste plus connu qui passe ou est passé en radio et on termine par une soirée sur une note très festive. Il y a une cohérence dans la programmation. » Celui qui rêverait de faire venir La Rue Kétanou l’assure, Festi’Vaux, tellement bien dans ses baskets, a encore de très beaux jours devant lui.

 

Photo : Gauvin Sers était sur la scène de Festi’Vaux, en août, pour fêter les 20 ans. (© Shoot the Land)

Commentaires des internautes
Il n'y a pas de commentaire.
+ ajouter un commentaire

optionnel, pour être averti de la publication

 
 

Boutique
7.90 € L'île d'Aix vue d'en haut

Commander

Le produit a été ajouté au panier

Voir mon panier


Rendez-vous