Les Mathes-La Palmyre - N°184 - Juin/Juillet 2023

Le zoo de La Palmyre au chevet des espèces menacées

Le parc animalier vient de fonder Palmyre Conservation, un fonds de dotation en faveur de la sauvegarde de la faune et des écosystèmes menacés en France et dans le monde.

La famille Caillé, fondatrice du zoo de La Palmyre en 1966, a toujours eu à cœur d’exporter son savoir-faire aux quatre coins du globe afin d’aider à la préservation des espèces menacées. Depuis maintenant 20 ans, le parc animalier s’engage à la fois financièrement et en envoyant ses émissaires pour prêter main forte aux associations locales. 

Pierre Caillé, petit-fils du fondateur et directeur du zoo depuis 2016, aspire aujourd’hui à un développement de ses activités annexes. « Nous avons créé Palmyre Conservation dans cette optique. Il s’agit d’un fonds de dotation qui nous permet de récolter des dons afin d’aider les ONG locales et financer nos missions. Il permet aux personnes d’obtenir une défiscalisation de leurs dons à hauteur de 60 %. »

Actuellement, le fonds finance plus d’une vingtaine de programmes de conservation d’espèces menacées en France et aux quatre coins du monde. L’action de Palmyre Conservation sur le terrain peut consister à allouer une subvention annuelle, à fournir un soutien technique ou logistique (par exemple via l’intervention sur place du vétérinaire ou de la responsable éducation du zoo), à financer l’achat de matériel ou encore à créer des supports permettant de sensibiliser les populations locales à la préservation de leur faune sauvage.

Lutter contre le trafic de chimpanzés

Le zoo de La Palmyre a, par exemple, apporté son soutien financier à la Pasa, une association basée au Libéria qui lutte depuis 2019 contre le trafic des chimpanzés sur le continent africain. « Les adultes sont abattus pour leur viande, les jeunes sont vendus sur les marchés comme animaux de compagnie. Certains sont expédiés en Chine ou au Moyen-Orient, d’autres sont achetés sur place par des particuliers qui les détiennent isolés dans des cages ou enchaînés à des arbres. On estime qu’environ 3 000 grands singes africains sont victimes de trafic chaque année », explique Florence Perroux, la directrice de Palmyre Conservation qui est aussi responsable communication et médiation scientifique au sein du zoo.

Florence Perroux a également piloté une mission à Madagascar en soutien à une association baptisée Helpsimus qui œuvre à préserver le grand hapalémur, un lémurien particulièrement menacé. « Les objectifs de ma mission sur place étaient multiples, à la fois pédagogique dans des écoles mais aussi en formant des éducateurs », précise-t-elle. 

Au zoo, les visiteurs peuvent découvrir les actions menées par Palmyre Conservation par le biais de panneaux informatifs. À la mi-juillet, le zoo recevra par ailleurs une délégation malgache de l’association Helpsimus qui présentera son travail de terrain.

 

Photo : Florence Perroux lors d’une séance de formation avec les éducateurs environnementaux à Madagsacar. (© Sébastien Meys)

 

Commentaires des internautes
Il n'y a pas de commentaire.
+ ajouter un commentaire

optionnel, pour être averti de la publication

 
 

Boutique
16.15 € Les Aravis vus d'en haut

Commander

Le produit a été ajouté au panier

Voir mon panier


Rendez-vous