La Côte de Beauté - N°179 - Août/Septembre 2022

Législatives : Quentin s’en va, Gérard reste

Avec l’élection de Christophe Plassard (Horizons-Ensemble!), la cinquième circonscription de Charente-Maritime bascule dans la majorité. Avec la réélection de Raphaël Gérard, la quatrième y reste, de justesse.

Nul est éternel, a fortiori dans un mandat électif. Élu et réélu à cinq reprises député de la cinquième circonscription, Didier Quentin ne concevait pas de ne pas être candidat à sa propre succession. Sans se voiler la face sur le contexte dans lequel s’inscrivaient ces élections législatives 2022, tenues en juin. 

En quête d’une majorité, Emmanuel Macron avait composé circonscription par circonscription avec les partenaires de Renaissance. Sur cette cinquième circonscription, la coalition Ensemble! opposait donc au sortant de la droite républicaine un candidat somme toute proche idéologiquement de Didier Quentin. Christophe Plassard incarne, en effet, l’aile droite da la macronie, adhérant au parti Horizons de l’ancien Premier ministre Édouard Philippe, d’ailleurs venu au Château-d’Oléron soutenir le binôme Christophe Plassard–Vanessa Parent deux jours avant le second tour.

Vague bleu marine

Entre un vote fort en faveur de l’extrême-droite lors de la présidentielle, une gauche unie en un seul bloc, la Nupes, et, donc, un adversaire proche de sa propre sensibilité, Didier Quentin n’a pas pu convaincre que son « implantation » et son « expérience », ses deux principaux arguments de campagne, justifiaient de le porter pour la sixième fois à l’Assemblée nationale. Battu dès le premier tour (17,59 %), derrière la candidate de la Nupes, la socialiste, Margarita Sola (19,88 %).

Didier Quentin a assisté en spectateur au duel entre Christophe Plassard et Séverine Werbrouck (Rassemblement national), remporté par le premier (51,74 %). La candidate du parti frontiste (48,26 %), comme tous ses coreligionnaires, a percé dans les communes rurales, mais dans la cinquième circonscription comme dans la quatrième circonscription, le vote « urbain » a gommé cette vague bleu marine. 

Christophe Plassard, élu d’opposition royannais, doit ses 1 900 voix d’avance aux résultats de Saint-Palais-sur-Mer, Vaux-sur-Mer et le tiers de Royan votant dans la cinquième. Dans la quatrième circonscription, les résultats des deux tiers de Royan et de Saint-Georges-de-Didonne ont littéralement sauvé la réélection de Raphaël Gérard.

Gérard sauvé par Royan et Saint-Georges

Le député sortant La République en Marche a dû trembler, dans la soirée du 19 juin, voyant les très nombreuses petites communes rurales du sud du département donner leurs faveurs au candidat du RN Pascal Markowski, époux de Séverine Werbrouck, pas particulièrement visible ni connu dans la quatrième circonscription, mais porté par le contexte.

In fine, 772 voix séparent les deux finalistes, en faveur de Raphaël Gérard et de son active suppléante Évelyne Delaunay, déjà conscients l’un et l’autre qu’il leur faudra venir « remercier » Royan et Saint-Georges-de-Didonne, où le sortant a été trop peu vu au cours de son premier mandat, au goût des acteurs du nord de la quatrième circonscription.

Photo : L’ancien maire de Royan Didier Quentin, député depuis 1997, a rendu son (dernier) tablier en juin. Christophe Plassard (à gauche) lui succède dans la circonscription qui englobe notamment l’ouest de la Côte de Beauté.

Commentaires des internautes
Il n'y a pas de commentaire.
+ ajouter un commentaire

optionnel, pour être averti de la publication

 
 

Boutique
6 € N°177
Avril/Mai 2022

Commander
18.15 € L'île d'Oléron vue d'en haut

Commander

Le produit a été ajouté au panier

Voir mon panier


Rendez-vous