Culture - N°185 - Août/Septembre 2023

Livres

Après le très interessant Royan et la mer (voir la présentation du livre et une interview de l’auteur dans le n° 174 de la Côte de Beauté), Jacques Péret, professeur émérite d’histoire moderne à l’université de Poitiers, spécialiste du littoral charentais, propose Saint-Palais et la mer. Il s’agit là encore d’un livre très complet et abondamment illustré de documents anciens et actuels. On y apprend que Saint-Palais apparaît pour la première fois sur les cartes marines du début du xviie siècle pour aider les navigateurs à accéder à la « rivière de Bordeaux » en indiquant les amers (falaise de Terre-Nègre, dunes…) et les nombreux dangers (bancs de sable, rochers…). Jusqu’au début du XVIIIe siècle, le petit port de Saint-Palais est « l’une des bases logistiques de Cordouan où transitent par le biais des chaloupes des pilotes une partie des matériaux de sa construction et son ravitaillement ». C’est aussi à cette période qu’un repère est construit de manière plus durable à la Coubre et qu’une tour en pierre est érigée à Terre-Nègre. Car à cette époque les échouages – relatés par l’auteur – sont nombreux et l’endroit est réputé dangereux. À terre, c’est contre le sable envahissant qu’il faut lutter. Les dunes recouvrent peu à peu les vignes et les terres cultivables. La plantation de pins et de chênes verts va freiner cette progression. En 1850, on recense 802 habitants à Saint-Palais dont plus de la moitié se répartissent entre trois villages : la Palud, Courlay et Maine-Bertrand. Le petit port de Saint-Palais est un port d’échouage accessible aux chaloupes pour la pêche côtière et les pilotes de l’estuaire tout proche. Mais, manquant de profondeur, il interdit l’entrée des bateaux entre la mi-marée descendante et la mi-marée montante et lors des grandes marées. En 1765, les pilotes quittent Saint-Palais pour le port plus praticable de Royan. Au départ des marins suivra l’arrivée des touristes et une transformation de l’usage de la mer à Saint-Palais.

Jacques Péret évoque également ces marins qui embarquent à Bordeaux pour le commerce colonial, l’activité peu commune de ramassage des épaves ou encore l’évolution de la pêche sur le rivage qui verra la construction des carrelets par de nombreux témoignages et documents historiques. Un beau livre – au petit format pratique pour l’emporter facilement cet été – passionnant.

Saint-Palais et la mer, Jacques Péret, éd. La Geste, 324 pages, 25 €

 

À noter la parution du n° 73 de L’album pour la liberté de la presse publié par Reporters sans frontières. Ce numéro est consacré à la mer avec des photos, entre autres, de Brassaï, Robert Capa, Henri Cartier-Bresson, Robert Doisneau, Sebastião Salgado ou encore Anita Conti, première femme océanographe française, qui était très sensibilisée à la protection de la ressource halieutique. Elle a vécu une partie de son enfance sur l’île d’Oléron et y fit ses premières photographies. Les photos sélectionnées pour cet album sont magnifiques comme celle laissant apparaître le visage de Poseidon dans l’écume des vagues lors de la tempête Justine en 2021 (Mathieu Riverin), les carcasses de bateaux gisant sur les dunes de la mer d’Aral asséchée (Arian Swegers), ce crabe qui se cache sous du plastique (Fred Banvendam) ou encore la terrible vie des marins sur les terre-neuvas en 1939 et 1952 (Anita Conti). On notera également la contribution éditoriale de Laurent Ballesta (dont une de ses spectaculaires photos fait la couverture), photographe sous-marin, plongeur et biologiste naturaliste. Il explique sa frustration du manque de lumière sous l’eau qui excite son imagination concernant les paysages sous-marins et les espèces encore à découvrir. Par ailleurs, on peut retrouver un portrait et un portfolio de magnifiques clichés, pris à travers le monde, de Laurent Ballesta dans le semestriel Reporters d’Espoirs dont le n° 2 (printemps-été 2023) est sorti. On y apprend qu’en plus d’être un excellent photographe multirécompensé, il agit pour la restauration et la valorisation des écosystèmes « tels les récifs bio-construits ou les herbiers de phanérogames, véritables nurseries de poissons et garde-fous contre l’érosion du littoral », explique dans cet article la journaliste Angelica Tarnowska.

Mer - 100 photos pour la liberté de la presse, n° 73, 144 pages, 12,50 €

Reporters d’Espoirs, n° 2, 148 pages, 15 €

 

Un petit (mais épais) livre de poche à glisser dans son sac cet été : ce polar de 458 pages tiendra en haleine le lecteur pendant un moment. Il a pour cadre Ronce-les-Bains, où le cadavre d’une jeune fille est découvert sur la plage. L’inspecteur en charge de l’affaire concentre ses recherches dans l’hôtel où travaillait cette femme et où séjourne une envahissante vacancière en mal d’activité qui s’impose dans l’enquête. De caractères bien opposés, ce duo improbable va fonctionner pour finalement résoudre le mystère de ce meurtre.

Meurtre à Ronce-les-Bains – Gueule d’amour, Angelina Vautier, éd. Geste Noir, 458 pages, 13,90 €

 

L’éditeur Paulsen publie la traduction inédite en français d’un récit de Robert Louis Stevenson (1850-1894, auteur de L’île au trésor), relatant l’histoire de sa famille et présentant les carnets de son grand-père, Robert Stevenson. Celui-ci, ingénieur au Bureau des Phares du Nord, en Écosse, a pour mission d’ériger le phare de Bell Rock, sur un récif immergé vingt heures par jour, pour signaler un secteur meurtrier où les navires s’abîment par dizaines. Il coordonne le chantier, qui débute en 1807, dans des conditions difficiles, luttant avec son équipe contre vents et marées. Le livre se lit comme un roman d’aventure. Il rappelle à quel point la vie de ces hommes, qui concevaient, construisaient et habitaient ces phares pour rendre la navigation plus sûre, était éprouvante.

Journal de la construction d’un phare, Robert Louis Stevenson, éd. Paulsen, 256 pages, 21 €

 
Commentaires des internautes
Il n'y a pas de commentaire.
+ ajouter un commentaire

optionnel, pour être averti de la publication

 
 

Boutique
16.15 € Les Aravis vus d'en haut

Commander
7.50 € N°189
Avril/Mai 2024

Commander

Le produit a été ajouté au panier

Voir mon panier


Rendez-vous